Transat, (comme Atlantique !) de Aude PICAULT

A lire d’une traite !

Aude, 30 ans, jeune graphiste parisienne ne supporte plus sa routine boulot-métro-dodo, un peu à un carrefour de sa vie, besoin d’air et de sincérité, elle décide de lâcher prise et de larguer les amarres destination la Bretagne-Ouessant, avec le projet de traverser l’Atlantique en voilier. Cette BD, en partie autobiographique, décline la vie dans ce qu’elle a de léger, de futile, de nonchalant mais aussi d’intense, notamment par les rencontres qui comptent comme celle du Père Jaouen et son bateau le Bel Espoir.

Le graphisme est minimaliste, au trait brut, en noir et blanc et traduit avec humour les états d’âme de Aude mais aussi l’intensité d’une traversée de l’Atlantique.

Quand on plonge dans le récit, on ressent fort ce besoin d’évasion pour échapper à une vie quotidienne routinière, parfois décevante, on s’identifie au personnage et à sa quête pour une vie plus riche, plus intense. Aude nous fait partager son besoin d’aventure et nous transmet son goût du voyage.

A l’heure où les voyages ne sont plus d’actualité, où l’imprévu et la spontanéité sont rendus difficiles, Aude Picault nous fait croire en des jours meilleurs et nous raconte une histoire haute en couleurs (rencontres improbables, situations comiques qui ponctuent ce voyage intérieur). Le récit se termine avec cette dernière phrase pour aller de l’avant : “C’est bien, il faut avoir des projets. La vie ne tient que par les projets.”

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − huit =

%d blogueurs aiment cette page :