Mini-Transat, la grande aventure

Une de nos anciennes adhérentes, Camille Taque, s’est engagée dans l’édition 2017 de la Mini-Transat. L’occasion pour nous de vous faire (re)découvrir cette grande aventure.

La Mini-Transat a lieu tous les deux ans. Ce long parcours de 4 050 milles nautiques en solitaire, sur les plus petits bateaux de course au large, de seulement 6,50m de long, se fait en deux étapes.

La première, partie de La Rochelle le 1er octobre, a mené les 81 concurrents à Las Palmas de Gran Canaria situé dans l’archipel des Canaries. Si vous n’avez ni suivi la course sur le site (ou sur la page Facebook de la Mini-Transat), ni tenté votre change virtuellement sur Virtual Regata, vous devez savoir que cette première manche longue de 1 350 milles a été d’une durée exceptionnelle d’une dizaine de jours, et rude pour les nerfs des leaders et des impatients. Tous ont été pris dans une zone de pétole pendant plusieurs jours à la latitude de Madère, condition assez loin des surfs au portant tant espérés.

La seconde étape de 2 700 milles durera deux semaines environ pour les plus rapides. Elle partira de Las Palmas de Gran Canaria le 1er novembre pour arriver en Martinique.

Le CMN aussi dans la course !
Camille Taque, ancienne adhérente du CMN, était venue en juin nous présenter son projet de participer à cette Mini-Transat pour laquelle elle a passé deux années intenses a se préparer. Le CMN a de suite soutenu son projet (via vos dons) et la navigatrice a, depuis (et un petit peu grâce au CMN), trouvé des sponsors.

La navigatrice a donc amené le logo du CMN jusqu’aux Canaries. Elle raconte sa première étape et sa 12e place en proto sur son site. Elle enregistre une bonne performance puisqu’elle arrive devant le min high-tech, à foil, malgré quelques avaries.

Vous vous demandez peut-être ce qu’il faut pour se lancer dans une telle entreprise. En écoutant tous les concurrents, c’est tout simple : de bonnes bases (entre nous, un niveau 5, c’est rassurant), de la motivation , beaucoup de travail, une grosse envie d’apprendre et comme dirait Camille, « ne rien lâcher ».

Vous voulez suivre cette aventure ? Rendez-vous sur le site de la Mini-Transat. De notre côté, nous vous donnerons nous aussi quelques nouvelles sur le Facebook du CMN.

Nolwenn Caris

One comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 4 =