“La recette de ma navigation plaisir, à la sauce Covid19”, par une cheffe débutante.

Pour 3 personnes,  sur un grand week-end :

Ingrédients :
– deux équipières motivées, bienveillantes et expérimentées
– une généreuse dose de soleil et de vent
– une grosse mesure de motivation teintée d’enthousiasme
– une petite pincée de stress stimulant (éviter le stress inhibant qui affadit la saveur de l’ensemble)

 

Et pour la sauce Covid : un thermomètre frontal, du gel hydroalcoolique et de l’essuie-tout en bonne quantité, et une louchée de bon sens pour leur utilisation rationnelle.

– Prendre en main un bateau adapté, type Delphia 29, partager les consignes sanitaires et résoudre, avec ou sans aide, un petit problème moteur,

– Appareiller vers le Croisic, au près d’une petite brise de Nord-Est

 

– Étudier préalablement les alignements, rentrer au port et prendre une bouée pour la nuit

– Savourer l’apéritif et le coucher de soleil ; s’ils sont concomitants, c’est encore meilleur

– Faire un essai d’étai largable pour ne pas être prises au dépourvu au cas où

– Filer au portant vers la Trinité, en prenant/larguant un ris, en enroulant/déroulant le génois pour s’adapter au vent parfois changeant,

 


NB : il est possible d’avoir les mains moites à l’approche de la manœuvre de port. Je n’ai pas trouvé d’astuce miracle pour y remédier. Mes conseils : les essuyer, respirer profondément, demander une place « facile à prendre » au type du port de préférence avec un grand sourire et faire de son mieux

– En cas de surchauffe solaire, aller se baigner sur une jolie plage pas trop loin du port

– Partir tôt, pour bien profiter de la dernière journée

 

 

– Entrer dans le golfe du Morbihan et prendre un coffre devant la plage de l’île aux Moines avec ses jolies cabines colorées

– faire le tour de l’île aux Moines, à la voile quand c’est possible, avec un zeste de moteur diesel quand nécessaire

– rentrer au Crouesty, répéter le cas échéant les préalables à la manœuvre de port. J’imagine que le symptôme des mains moites s’atténuera avec l’expérience…

 

Arroser généreusement le tout de bonne humeur, de convivialité, de bons repas, de beaucoup beaucoup d’eau quand il fait chaud, et napper de crème solaire.
Voilà, c’est ma recette, mais il y a évidemment une infinité de variantes possibles. En la suivant, je me suis régalée tout au long du week-end et je crois pouvoir dire que Morgane et Anne-Charlotte aussi. J’ai hâte d’en tester d’autres!

Merci à mes super équipières et au CMN de nous permettre de vivre cela.

Françoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − sept =

%d blogueurs aiment cette page :