La quarantaine à bord d’un bateau, c’est comment ?

[ Note de l’autrice : Alors, non : je ne vais pas vous parler de la vie des quadragénaires à bord d’un bateau, comme l’ont cru mes deux copines de la commission Communication quand j’ai présenté mon sujet ce matin. Ce n’est pas de cette quarantaine là qu’il s’agit ici.]

Du 03 au 19 février 2020, les passagers et l’équipage du paquebot Diamond Princess ont été placés en quarantaine au large du Japon, afin de circonscrire l’épidémie de Corona Virus – pardon : de Covid-19 – menaçant depuis l’évacuation d’un homme malade. Mais en quoi consiste exactement une mise en quarantaine ? Comment se passe alors la vie à bord ?

Origine de l’expression “être en quarantaine”, “placer en quarantaine”

L’origine de la quarantaine remonte au XIVe siècle, la peste se propage alors en Europe et fait des millions de morts. Les populations et les médecins ne savent pas comment réagir face à ce mal extrêmement contagieux que l’on ne peut guérir. Les habitants des villes en découvrent les terribles effets : une fièvre intense, d’épouvantables douleurs dans tout le corps, des vomissements, de gros boutons et pour finir une mort certaine puisque qu’il n’existe pas de remède. Pour empêcher la propagation, on marque d’une croix les maisons des pestiférés, afin que personne n’y entre, et on enterre les victimes dans des fosses communes. Cependant rien ne semble arrêter cette maladie, qui revient tous les dix ans, souvent dans les ports.

C’est en 1377 que la république de Raguse (Croatie) impose, par une loi, un isolement de quarante jours aux navires qui viennent des villes pestiférées. La mesure est cruelle – on laisse mourir les malades dans les bateaux – mais elle se révèle efficace. Ainsi cette loi est généralisée à tous les ports d’Europe, au fil du XVe siècle.

Pourquoi “quarantaine”, et pas “vingtaine” ou “cinquantaine” ?

L’idée du nombre 40 comme période décisive de temps serait celle d’Hippocrate , qui indique qu’une maladie aigüe se manifeste dans l’espace de 40 jours. Très vraisemblablement, ce chiffre de 40 jours est adopté surtout pour sa dimension biblique sacrée (quarante jours, période du carême).

J’ai cherché par curiosité comment se dit “placer en quarantaine” dans d’autres langues que le français (oui, j’ai du temps en ce moment, je suis en vacances) et la plupart des langues européennes s’inspirent de l’origine italienne de l’expression née à Venise (toujours en 1377 ; quelques semaines après Raguse en fait) où l’on immobilisait les bateaux pendant quarante jours (quaranta giorni), toujours pour éloigner la peste. Petit tour d’horizon des résultats : “Quarantine” en anglais ; “Quarantäne” en allemand ; “Cuarentena” en espagnol, par exemple. Par contre, si on traduit la même expression du chinois, on ne trouve pas trace d’un chiffre ou d’une durée mais une locution signifiant “être isolé”. Idem en japonais, d’ailleurs.

L’ isolement ne doit donc pas spécialement durer 40 jours, c’est un fait de langue lié à l’histoire européenne, pas une recommandation médicale qui aurait valeur de dogme aujourd’hui. De fait, les “isolés” du Diamond Princess auront été confinés en tout seize jours (pour ceux qui ont pu sortir après la première “session” de quarantaine en tous cas – la période d’incubation du Covid-19 étant estimée à 14 jours).

A quoi ressemble la vie à bord ?

Les récits de mer des siècles passés sont innervés de la peur du typhus, de la petite vérole, du vomito-negro ou du scorbut. Les bateaux étaient tenus à distance des ports, les cadavres étaient jetés à la mer et tout contact avec les villes étaient prohibé, jetant les hommes confinés dans un angoissant cauchemar. La cruauté de cette “solution” sanitaire laissait des chances quasi nulles de survie aux “isolés”.

Dans sa version contemporaine et à bord d’un paquebot disposant de moyens, les passagers du Diamond Princess ont interdiction de quitter leur cabine et se font livrer leur repas. Leur seul contact avec le monde extérieur est internet. Ceux qui ont des cabines luxueuses, équipées de balcons, ont accès à la lumière naturelle et à l’air libre, ce qui n’est pas le cas des passagers logés dans des cabines sans fenêtre. La question obsédant les passagers est celle de la propagation du virus malgré tout : peut-il se propager à travers les conduits d’aération de la climatisation ?

La quarantaine est-elle efficace ?

Selon les autorités japonaises, cette quarantaine vise autant à protéger et à rassurer la population du pays qu’à limiter la propagation du coronavirus Covid-19 à bord. Mais des doutes ont commencé à poindre sur l’efficacité de ce dispositif, le nombre de nouveaux cas d’infection à bord ne cessant d’augmenter.

La plupart des passagers de la croisière ont plus de 60 ans – et plus de 90 ans pour certains – et les conditions de la quarantaine, avec le confinement dans des cabines, risquent de dégrader la santé des plus fragiles d’entre eux, indépendamment de l’épidémie de coronavirus. Ces personnes à haut risque dont les tests sont négatifs ont pu quitter le bateau avant la fin de la période de quarantaine prévue le 19 février.

Une quarantaine peut-elle être prolongée ?

Dans le cas du Diamond Princess, la durée de la quarantaine a effectivement été étendue au-delà du 19 février, étant donné le nombre croissant d’infections dépistées à bord. Mais selon l’Organisation mondiale de la santé, la quarantaine ne sera prolongée que pour les personnes ayant eu des contacts proches avec les derniers cas positifs identifiés à cette date. Ces personnes-là devront rester isolées pendant quatorze jours supplémentaires, à compter du jour de leur dernier contact avec un cas positif confirmé…

 

 

Une pensée sur “La quarantaine à bord d’un bateau, c’est comment ?

  • 22 février 2020 à 22 h 22 min
    Permalink

    Effectivement, la quarantaine est une période de quarante jours liée notamment à l’isolement de malades revenant de pays extérieurs. On nommait ces lieux d’isolement des LAZARETS.
    Je rigoles doucement en entendant les journaleux parler de mise en quarantaine pour une période de quatorze jours. Ne peuvent-ils pas parler de quatorzaine, ou alors d’isolement médicale de quatorze jours.
    Mais je n’ai pas fait beaucoup d’études.
    Amicalement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 − un =

%d blogueurs aiment cette page :