Des bouées, des phares et des hommes – 3ème et dernier épisode

Phare du Grand Léjon (22) équipé d'une cloche à vagues !
Phare du Grand Léjon(22) équipé d’une cloche à vagues !
phare des Pierres noires (29) 30,5 m au-dessus de la mer

Un patrimoine marin d’exception !

La Direction interrégionale de la mer nord Atlantique-Manche ouest (DIRM NAMO) dont dépend les services des phares et balises, gère 2700 aides à la navigation parmi lesquels on compte 54 phares soit près de la moitié des phares de France ! La pointe bretonne est une des plus éclairée au monde. La moitié des phares protégés au titre des monuments historiques français dépendent de la DIRM NAMO (35 sur 70). 23 phares bretons sont classés MH. Ce patrimoine remarquable est pour partie visitable grâce à un partenariat étroit entre les services de la DIRM NAMO et les gestionnaires locaux. Les phares ouverts au publics sur le secteur d’intervention de la DIRM (Bretagne, Loire-Atlantique et Vendée) sont au nombre de 13 (dont 8 dans le Finistère) et accueillent annuellement 240 000 visiteurs. Belle destination pour les vacances et excellent exercice cardio après ces deux mois de confinement ! Le lien ci-dessous liste les phares visitables sur ce territoire de l’ouest et donne les contacts pour connaître l’organisation des visites.

http://www.dirm.nord-atlantique-manche-ouest.developpement-durable.gouv.fr/visites-des-phares-dans-l-interregion-r261.html

La commission communication est preneuse des superbes photos que vous prendrez de ces incroyables sentinelles et des paysages grandioses qu’elles vous dévoileront.

La tour du Stiff de l’architecte designer Jean Prouvé

En ce qui concerne la valorisation des objets patrimoniaux, La DIRM NAMO prête ce patrimoine dans le cadre d’expositions pour de plus ou moins longues durées. Les musées du vieux phare de Penmarc’h, le musée maritime d’Audierne, les phares de Trézien, de l’île Vierge, de Goulphar présentent des expositions permanentes.
Le musée d’Audierne organisera une exposition temporaire étendue du 14 juillet au 5 septembre 2020.
Dans le chapitre patrimoine également, la maquette de la Tour du Stiff a été confiée au Centre Pompidou à Paris où une exposition permanente est dédiée à l’architecte Jean Prouvé.

Phare d’Ar-Men mis en service en 1881 (29)- la construction dura 14 ans

 

 

Et puis pour revenir aux phares, un protocole d’accord relatif à la conservation et à la modernisation des phares affectés à la DIRM et protégés au titre des monuments historiques dans le Finistère, a été signé avec la direction régionale des affaires culturelles de Bretagne (DRAC). Plusieurs des phares protégés au titre des monuments historiques dans ce département comptent parmi les phares au monde les plus exposés aux conditions naturelles extrêmes. Les phares concernés par ce protocole seront prioritairement les phares en mer d’Iroise dont les solutions techniques de modernisation en qualité d’aide à la navigation, et les conditions de préservation, présentent le plus de difficultés.

Ne pas oublier la manifestation “Les phares complètement à l’Ouest” organisée par l’observatoire des phares en mer d’Iroise composé du Parc naturel marin d’Iroise, de la DIRM NAMO et de la Direction régionale des affaires culturelles de Bretagne. Cette manifestation est l’occasion pour le public de découvrir ou redécouvrir des phares au travers de nombreuses animations: expositions, balades contées, visites commentées, découvertes par la mer… L’édition 2020 est mise entre parenthèse mais rendez-vous en juin 2021 !

Phare de la Pierre de Herpin (35)

Et pour finir, la DIRM NAMO participe régulièrement aux Journées européennes du patrimoine. Pour cette année, le programme reste à finaliser seule connue à ce jour, la visite de la subdivision des phares et balises de Brest.

Quoiqu’il en soit, qu’ils soient enfer, purgatoire ou paradis*, les phares exercent une fascination, faits de pierre et de verre, ils ont une âme, ils vibrent, tremblent aux assauts des tempêtes et conservent la mémoire des gardiens qui les ont habités.

*(trois appellations données par les gardiens de phare, aux phares qu’ils occupaient : les enfers sont les phares isolés en pleine mer d’où il était impossible de sortir, les purgatoires sont les phares construits sur un ilot non habité et les paradis sont des phares bâtis à terre, sur le continent ou une île habitée)

Phare des Triagoz (22)

Anne-Marie Sattler

Source DIRM NAMO

Merci à Véronique Ferrelloc chargée des questions patrimoine à la DIRM NAMO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 + quatre =

%d blogueurs aiment cette page :