Croisière gastronomique autour de l’île de Mull

Bruno, notre capitaine, ne laisse rien transparaître de son inquiétude à quitter ce mouillage paradisiaque. On ne sait pas ce qu’il y a en dessous et les éboulis visibles au pied des falaises verdoyantes de Lunga ne suscitent pas seulement l’émerveillement. Nancy a les yeux rivés sur la surface de l’eau pour voir d’où émerge le phoque à tête d’Orin tandis que je suis étourdi par le vol circulaire des rapaces au dessus de la colonie de macareux.

JP immortalise l’endroit avec son appareil photo panoramique et Jacques notre second commence à ranger les rillettes de maquereaux et débouche le muscadet.

 

Notre cuistot Frankie Frankie sort alors de la descente avec un plat dans les mains : ce midi ça sera poulet à l’Australienne et haricots verts.

 

 

– J’ai hâte de goûter à ce lieu jaune ce soir, intervient Bruno qui nous a coordonné plus tôt dans cette pêche miraculeuse à la sortie de Coll, un spot qui nous avait été indiqué la veille par le gérant de l’épicerie locale. Le séjour n’est pas fini mais je sais que Ce moment sera dans le Top3 de mes meilleurs souvenirs de l’année 2019.

 

 

 

 

 

Notre croisière celtique Oban Oban tient ses promesses et de l’avis de tous sera baptisée :

Croisière gastronomique autour de l’île de Mull”

Je saisis tout à coup l’importance donnée aux cuisiniers dans les équipages pirates de mes livres d’enfance. Ne dites pas du mal de Frankie ou vous aurez affaire à moi !

 

Les conditions météorologiques ne nous auront pas permis de faire autant de voile qu’espéré mais elles nous auront offert la sécurité des mouillages sauvages, la possibilité de pêcher et le plaisir oisif des traversées aux moteurs sur une mer reflétant comme un miroir le ciel bleu d’un printemps du Morbihan.

Au départ, à l’aéroport, au moment de décider si je continuais mon voyage malgré l’annulation de mon vol et la disparition de ma valise, Keith l’écossais m’avait dit que je ne devais pas rater cette occasion de naviguer dans les eaux d’Oban, et qu’il serait prêt, pour ça, à m’y emmener en voiture et à me prêter sa veste de quart. Je ne regrette pas de l’avoir suivi, et la générosité des écossais nous fut témoignée à maintes autres reprises.

Alors que les dauphins dirigent Nao vers le port d’Oban, l’excitation des premiers jours laisse place à la nostalgie contemplative. Le retour de la 4G ramène nos esprits vers les préoccupations terrestres, et je commence à regretter mon élan ascétique m’ayant poussé à me “débarrasser” de mes biens matériels. Mais nous savons que l’année prochaine, nous reviendrons découvrir Skye et les Hybrides. Cette fois, je prendrai ma veste de quart en bagage à main !

Marc Burlurut
Équipier Naoned CMN – 2 Aout 2019
Bruno PAVONI – Chef de bord mer C.M.N.

Croisère Oban-Oban

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − quatre =